Des médicaments dans notre eau potable? C'est une réalité


Avec de nombreuses études inquiétantes, il est maintenant difficile d'ignorer que notre eau  contient des traces de médicaments. Comprenant des hormones, des antidépresseurs, des analgésiques, des antibiotiques et tout le reste, le breuvage que nous pourrions absorber à chaque gorgée d'eau est en effet à craindre.

Bien que la quantité rapportée soit microscopique, la présence même de médicaments et de leurs sous-produits a soulevé une question importante. Est-ce que ces produits chimiques présents dans notre eau potable présentent des risques sérieux et mesurables pour la santé à long terme?

La détection de ces produits chimiques et de leurs métabolites dans le cycle de l'eau vient clairement des progrès réalisés dans la technologie analytique qui aide à tracer précisément ces produits chimiques et médicaments même à de très faibles concentrations. Un autre fait alarmant mais irréfutable est que nous avons commencé à compter sur trop de médicaments - que ce soit sur ordonnance ou en vente libre. Nous prenons des médicaments pour traiter une large gamme de problèmes allant des maux de tête à la dépression, du reflux à l'insuffisance cardiaque et de l'hypertension artérielle aux déséquilibres hormonaux.

Alors que les organismes de réglementation, y compris l'Organisation mondiale de la santé (OMS), affirment que les traces sont trop petites pour causer une menace à la santé humaine, des groupes de surveillance environnementale à but non lucratif et d'autres scientifiques expriment leur inquiétude. La vérité est la suivante : ces découvertes sont récentes et savoir si ce puissant cocktail présent dans l'eau que nous buvons peut nous nuire à long terme est encore une variable inconnue, inexplorée.

Comment des médicaments pénètrent-ils dans l'eau?


Lorsque vous prenez un médicament, seulement une fraction est absorbée par le corps. Les restes sont déchargés en tant que déchets corporels et se retrouvent dans les toilettes. En outre, les gens ont aussi tendance à se débarrasser de leurs médicaments inutilisés dans les toilettes. Et les décharges de médicaments négligées par les établissements de santé aggravent encore la situation.

Bien que les eaux usées soient traitées avant d'être rejetées dans les réservoirs et autres sources d'eau, nos usines de traitement des eaux usées ne sont tout simplement pas équipées pour faire face à ces types de contaminants. Pas étonnant, la recherche montre des traces de toutes sortes de médicaments dans l'eau consommée par 40 millions d'Américains. Mais l'Amérique n'est pas la seule dans ce cas. La contamination de l'eau par les médicaments est un problème à l'échelle mondiale.

Emma Rosi-Marshall, l'auteur principal d'une étude de 2013 qui a examiné les effets de composés pharmaceutiques communs sur la santé de la vie aquatique et la qualité de l'eau, a déclaré: «La pollution pharmaceutique est maintenant détectée dans les eaux du monde entier. Les causes comprennent l'infrastructure vieillissante, les débordements d'eaux usées et le ruissellement agricole. Même lorsque les eaux usées parviennent aux installations de traitement des eaux usées, elles ne sont pas équipées pour éliminer les produits pharmaceutiques. En conséquence, nos cours d'eau et nos rivières sont exposés à un cocktail de composés synthétiques, de stimulants et d' antibiotiques, d'analgésiques et d'antihistaminiques. »[1]

Les Promotions En Ligne Chez Sanus-q


Qu'est ce que les études et enquêtes menées dans le monde entier nous montrent?


La Commission géologique des États-Unis, agence scientifique pour les sciences naturelles, étudie cette tendance depuis les années 1990. Les scientifiques de diverses organisations ont soulevé de graves préoccupations sur les effets potentiels des produits pharmaceutiques dans l'approvisionnement en eau sur la vie végétale, les animaux et les bactéries naturelles, sans parler des conséquences sur la santé humaine.

Un article du Harvard Health souligne qu'une étude menée par l'USGS en 1999 et 2000 a révélé «des quantités mesurables d'un ou plusieurs médicaments dans 80% des échantillons d'eau prélevés sur un réseau de 139 cours d'eau dans 30 états américains. Les médicaments identifiés comprenaient un mélange d'antibiotiques, d'antidépresseurs, d'anticoagulants, de médicaments pour le cœur (inhibiteurs de l'ECA, inhibiteurs calciques, digoxine), d'hormones (œstrogène, progestérone, testostérone) et d'analgésiques.

Une étude récente de l'USGS montre que divers produits pharmaceutiques sont répandus dans les petits cours d'eau du sud-est des États-Unis; Les plus communs comprennent les médicaments utilisés pour traiter le diabète de type II, la douleur et les convulsions et les anti-histamines. [2] [3]

Une enquête menée par l'Associated Press en 2008 a révélé une «vaste gamme de produits pharmaceutiques, y compris des antibiotiques, anticonvulsivants, stabilisateurs de l'humeur et  hormones sexuelles dans les réserves d'eau potable d'au moins 41 millions d'Américains.» [4]

Les auteurs expliquent en outre que «plus de 100 produits pharmaceutiques différents ont été détectés dans les lacs, les rivières, les réservoirs et les cours d'eau à travers le monde. Des études ont détecté des produits pharmaceutiques dans les eaux d'Asie, d'Australie, du Canada et d'Europe, même dans les lacs suisses et en mer du Nord. Par exemple, au Canada, une étude menée par un institut de recherche national sur 20 usines de traitement de l'eau potable en Ontario a révélé la présence de neuf médicaments différents dans des échantillons d'eau. Les responsables de la santé japonais en décembre (de cette année) ont appelé à des études d'impact sur la santé humaine après avoir détecté des médicaments sur ordonnance dans l'eau potable sur sept sites différents. »

En 2013, les résultats de l'étude menée par l'U.S Environmental Protection Agency, ont attesté de la gravité de la situation. Les scientifiques ont examiné les échantillons de 50 usines de traitement des eaux usées à travers le pays pour 56 médicaments, y compris des médicaments contre la tension, et des médicaments en vente libre comme le Tylenol et l'ibuprofène. Les résultats étaient choquants; plus de la moitié des échantillons testés étaient positifs pour 25 de ces médicaments - les plus courants comprenant les opioïdes, les médicaments contre le reflux, contre l'insuffisance cardiaque congestive, ainsi que duTylenol et de l'ibuprofène [5]. Les scientifiques ont également été surpris de constater que des médicaments pour la tension étaient présents dans la plus grande concentration.

Des produits pharmaceutiques dans notre eau potable: Est-ce alarmant?


Les agences gouvernementales affirment que la contamination des cours d'eau par des produits pharmaceutiques n'est pas alarmante; au moins pas encore. Cependant, des scientifiques indépendants trouvent des indices troublants dans la vie aquatique. Des hordes d'études et d'articles scientifiques suggèrent que les poissons et les amphibiens montrent des comportements différents et des systèmes reproducteurs transformés en réponse à l'exposition à long terme et à faible dose aux médicaments hormonaux, antidépresseurs et autres médicaments présents dans l'eau.

Par exemple, les pilules contraceptives et les thérapies hormonales ont tendance à rejeter des œstrogènes dans l'eau. Cela a un effet féminisant sur le poisson mâle. Et ce n'est pas tout:

- Une étude de 2007 rapporte que les poissons mâles en aval de certains canaux d'eaux usées synthétisent la vitellogénine, une protéine synthétisée par les femelles à la maturité de leurs ovocytes; et développent des œufs de stade précoce dans leurs testicules. On pense que cette féminisation est due à la présence d'œstrogènes naturels ou synthétiques (utilisés dans les pilules contraceptives) ou de produits chimiques qui imitent les œstrogènes [6].
- Une autre étude préliminaire menée par les chercheurs de l'Université de l'Idaho a révélé que les têtes-de-boule trempés dans l'eau contenant des antidépresseurs et des anticonvulsivants (présents dans l'eau du robinet) présentaient 324 altérations génétiques liées à des troubles neurologiques humains, notamment l'autisme. ] Ils ont montré ces traits après avoir nagé pendant seulement 18 jours dans l'eau contaminée.
- Une récente étude publiée en 2016 dans Environmental Science and Technology suggère que les contraceptifs humains ont un effet négatif sur le comportement reproducteur du tête-de-boule [8].

Risques potentiels pour la santé humaine


Comme souvent indiqué par les organismes de réglementation et les responsables de la santé, les résidus de médicaments dans l'eau ont été trouvés à des niveaux jugés trop faibles pour être immédiatement préoccupants. Cependant, on ne peut pas ignorer qu'il existe également un manque d'études et de modèles efficaces à long terme qui peuvent envisager l'impact de l'exposition à faible dose mais chronique de ce cocktail sur la santé humaine. De plus, il n'existe aucune réglementation officielle exigeant la surveillance des produits pharmaceutiques dans notre eau potable.

Surtout en considérant les hormones qui s'enfoncent dans les cours d'eau, l'inquiétude semble réelle. C'est parce que les hormones travaillent généralement à de faibles concentrations dans le corps, donc même les quantités minuscules étant retrouvées peuvent avoir de graves répercussions sur la santé. Une autre question importante est de savoir si certaines populations sont plus sensibles aux effets des produits pharmaceutiques et des hormones dans l'eau potable, par exemple les femmes enceintes, les nourrissons et les personnes handicapées.

Encore une fois, il n'y a pas d'étude concrète jusqu'ici qui pourrait prouver des effets négatifs mais  c'est un fait connu que les enfants sont plus enclins à de telles expositions. Dans un article du WebMD, intitulé Drugs in Our Drinking Water? Sarah Janssen, scientifique au Natural Resources Defense Council, déclare: «Nous savons que les enfants, y compris les bébés et les tout-petits, ainsi que les fœtus sont plus vulnérables aux expositions environnementales parce que leur corps est encore en développement. Et ils n'ont pas le système de désintoxication des adultes. Il n'est donc pas déraisonnable de s'attendre à ce qu'ils courent un risque plus élevé ».

Références:

  1. Cary Institute of Ecosystem Studies.  Streams stressed by pharmaceutical pollution. Press Release 2013. 
  2. Bradley et al. Metformin and Other Pharmaceuticals Widespread in Wadeable Streams of the Southeastern United States. Environ. Sci. Technol. Lett., 2016
  3. Pharmaceuticals Commonly Detected in Small Streams in the Southeastern United States. News Release. USGS. 2016
  4. Jeff Donn, Martha Mendoza And Justin Pritchard. AN AP INVESTIGATION : Pharmaceuticals Found in Drinking Water. Associated Press.
  5. Martha Rosenberg.Drugs in the Drinking Water? Don't Ask and Officials Won't Tell. Organic Consumers Association. March 8, 2016.
  6. Kidd KA, Blanchfield PJ, Mills KH, Palace VP, Evans RE, Lazorchak JM, Flick RW. Collapse of a fish population after exposure to a synthetic estrogen. Proc Natl Acad Sci U S A. 2007 May 22;104(21):8897-901. Epub 2007
  7. Matt Harvey. Your tap water is probably laced with antidepressants. Salon. March 15, 2013.
  8. Frankel, T.E., Meyer, M.T., Kolpin, D.W., Gillis, A.B., Alvarez, D.A., and Orlando, E.F., 2016, Exposure to the contraceptive progestin, gestodene, alters reproductive behavior, arrests egg deposition, and masculinizes development in the fathead minnow (Pimephalespromelas): Environmental Science and Technology, v. 50, no. 11, p. 5991-5999, doi:10.1021/acs.est.6b00799.